logo garder le cap

famille vedette joanie jonathan
famille vedette annick martin
Révision scientifique : Diane Mercier, psychologue

« Les familles fournissent 80 % des soins et du soutien aux personnes ayant des incapacités. » 1

Dans ce contexte, nous occuper de nos besoins de santé physique et mentale est une priorité, si nous voulons être dans la vie de nos enfants longtemps. Partir de ce qui va bien, de nos forces internes et personnelles peut être tout indiqué pour nous donner un plan de match afin de rester en santé à long terme. 

Donc, faisons le point dès maintenant en répondant au questionnaire qui suit afin d’évaluer notre santé mentale au quotidien. 

Conseil d'un intervenant à un parent

Concrètement, prendre soin de soi, c’est quoi ? 2 Pour conserver votre équilibre mental, vous avez besoin de sécurité, d’amour et d’estime.

  • Soyez réalistes et ne surestimez pas vos possibilités
  • Acceptez ce que vous ressentez
  • Recherchez le bon côté de la vie
  • Prenez soin de votre santé physique
  • Pensez à vous
  • Gardez votre sens de l’humour
  • Obtenez de l’aide
  • Partagez vos émotions et vos sentiments en allant chercher différentes formes de soutien.

Pour aller plus loin


ass sante mentaleL’évaluation de notre santé mentale n’est pas aussi simple que celle de notre santé physique. Il n’existe pas d’échelle ni de test d’endurance pour mesurer la forme mentale. Toutefois, grâce à l’Évaluateur de santé mentale de l’Association canadienne pour la santé mentale, vous pouvez reconnaitre vos forces et repérer les aspects de votre santé mentale que vous pouvez améliorer pour être en mesure de mieux affronter les hauts et les bas de la vie. Pour utiliser l’Évaluateur de santé mentale, consultez le site Web de l’Association canadienne pour la santé mentale.

Parfois on craint le pire... ou quand la crise survient!

Il est probable que dans notre expérience de parents, nous vivions certains moments où nous aurons l’impression que notre navire prend l’eau et que jamais nous n’atteindrons la rive. C’est le stress qui inonde le navire et nous devons prendre le temps de nous en occuper car si nous négligeons d’y voir, les dommages pourraient être importants. Rappelons-nous qu’en situation d’urgence, c’est notre bouée de sauvetage personnelle que nous devons mettre en premier. Bien que demander de l’aide puisse sembler être l’une des choses les plus difficiles à accomplir, rappelons-nous alors que c’est toujours le premier pas qui est le plus difficile à faire.

En savoir plus

Histoire de parents!

« J’ai appelé le CLSC en urgence :
  • pour aider ma fille lors d’un retour de chez papa particulièrement difficile.
  • pour aider mon fils qui parlait de suicide à cause d’intimidation à l’école.
  • À la suite d’un déménagement, car je n’avais plus rien dans le frigo, je ne connaissais pas les ressources du milieu et j’avais vraiment besoin d’aide. »

Parents anonymes

Dans tous les cas, le CLSC a mobilisé des intervenants en urgence pour soutenir la famille; parfois, par des interventions téléphoniques, d’autres fois en dépêchant un intervenant à la maison.
Note : CLSC = Centres locaux de services communautaires

Alerte rouge

Attention aux signes précurseurs de l’épuisement. 3

Les reconnaitre nous aide à garder la tête hors de l’eau et nous donne le temps de trouver une bouée.

Avons-nous l’impression...

  • de ne plus disposer d’assez de temps pour nous en raison de notre rôle de proche aidant ?
  • De nous sentir tiraillé entre nous occuper de notre enfant handicapé et assumer nos autres responsabilités familiales ou professionnelles ?
  • Que notre vie sociale, familiale ou de couple s’est détériorée du fait que nous prenons soin de cette personne ?
  • D’être le seul sur qui cette personne peut compter ? 
  • D’être pessimiste quand nous pensons à l’avenir ?
  • De nous sentir coupable de ne pas en faire plus même si nous en faisons déjà beaucoup ?
  • Que nous pleurons facilement ?
  • Que nous ne serons plus capables de soutenir cette personne longtemps ?
  • D’être constamment fatigué 
  • Que d’accompagner cette personne est une responsabilité trop lourde ?

Si vous avez répondu « oui » à l’une ou l’autre de ces questions, vous êtes à risque d’épuisement. Si tel est le cas, des services existent pour vous soutenir.

Vous êtes à risque...

N’attendez pas de répondre à toutes ces questions par « oui » avant d’agir !

Si ces signes nous parlent, nous devons lancer un appel à l’aide sans tarder.


33- Adaptation du document de l’Association des personnes proches aidantes de Drummond (APPAD) dans le cadre d’un projet nancé par l’appui pour les proches aidants.

Nous sommes forts jusqu’à ce que nous ne le soyons plus...

Apprendre à nommer nos besoins nous évite d’avoir à nous rendre au bout de nos forces et de nous épuiser.

Parfois, pour se faire entendre, il faut parler... Et parfois, nous devons apprendre à être authentique dans ce que l’on vit de plus personnel et ce, même si cela implique que nous devions montrer notre côté plus sombre.

Plusieurs d’entre nous avons déjà exprimé des émotions douloureuses devant certains intervenants. Ces situations sont souvent déroutantes à expérimenter devant quelqu’un que nous connaissons peu; par contre, les intervenants font partie intégrante de nos vies.

Nommer nos sentiments en toute transparence nous fera sauver un temps précieux.

En cas de difficultés, appelons sans détour l’intervenant qui est présent dans notre vie et avec qui nous avons développé un lien de confiance. Plusieurs mécanismes et services précis (répit d’urgence, protocoles qui permettent d’avoir plus d’intensité de services ou accès à des professionnels ciblés, etc.) existent pour soutenir les familles quand nous vivons des moments plus intenses et difficiles.

L’ensemble des intervenants connaissent les outils et ressources disponibles et ils sauront nous diriger vers ceux-ci. Cependant, aucun intervenant ne nous les proposera si nous ne disons pas franchement et sans détour que nous sommes au bout du rouleau.

Conseil d'un intervenant à un parent

Le 811 n’existe pas que pour les urgences de santé physique; des professionnels de la santé sont également sur place pour traiter les urgences sociales qui surviennent et ce, 24 h/24 h.

info sante

Vous relevez des erreurs de contenu, écrivez-nous !

Garder le cap le guideGarder le cap le guide

Recevez gratuitement la version pdf du guide « Garder le cap » en vous abonnant à notre infolettre !
Restez informé!