logo garder le cap

famille vedette stephanie frederic
famille vedette stephanie frederic mobile
Relecture scientifique : Sylvie Gingras, CSBF

Plusieurs d’entre nous se préoccupent à savoir si leur enfant est prêt pour amorcer la maternelle. Voici une ressource à consulter pour connaitre les habiletés à encourager chez un enfant qui commence sa maternelle.

Cependant, rappelons-nous que plusieurs enfants débuteront la maternelle sans avoir toutes ces habiletés. Néanmoins, l’équipe scolaire qui accueillera notre enfant poursuivra le travail selon ses forces et défis particuliers.

la passerelleLe Projet Le Passerelle est une démarche pour favoriser la transition de l’enfant et de sa famille, de la petite enfance vers la maternelle. Pour ce faire, elle offre des outils qui permettent une transition harmonieuse.

www.csbf.qc.ca/lapasserelle

On y retrouve :

  • Un guide pour les parents sur les habiletés à encourager chez l’enfant pour faciliter son intégration scolaire.
  • Des outils pour une transition de qualité

 

Et si notre enfant n’est pas prêt ?

À un moment ou à un autre, nous comparons presque tous notre enfant handicapé à ceux sans difficulté particulière. Il se peut alors que nous nous demandions si une année supplémentaire à la garderie ne serait pas bénéfique pour notre enfant.

Saviez-vous que?

En premier lieu, il est pertinent de savoir que la maternelle n’est pas obligatoire.

Nous pouvons, après une année supplémentaire à la garderie, entreprendre une démarche d’entrée tardive lors de l’inscription au primaire.

La loi sur l’instruction publique précise que la commission scolaire peut, sur demande motivée des parents, exempter un élève de l’application du régime pédagogique pour des raisons humanitaires ou pour éviter un préjudice grave. Dans la situation d’une entrée tardive, c’est souvent sur la base « éviter un préjudice grave » que la demande est analysée.

Voici la démarche à suivre pour faire une demande d’entrée tardive :

  1. Le parent écrit une lettre à la direction des services éducatifs et y indique les motifs qui laissent croire qu’il existe pour l’enfant un risque de préjudice grave à commencer la première année.
  2. Un ou plusieurs avis professionnels sont à fournir. Ces professionnels doivent détenir une expertise en lien avec le ou les préjudices allégués.

Avant de prendre une décision

  • Il est important de s’informer sur les structures et services offerts à notre enfant pour éviter les mauvaises surprises et s’assurer d’une conciliation travail-famille efficace. Aurons-nous toujours accès à notre service de garde et aux services offerts par le CIUSSS-MCQ et les organismes communautaires ?
  • Évaluons la possibilité d’une intégration partielle plutôt qu’une intégration à temps complet. Connaissant les capacités et les particularités de notre enfant, nous pouvons, lorsqu’il est fatigué ou en surcharge, nommer son besoin de repos auprès de l’équipe lors de l’établissement du plan d’intervention. Ainsi, un aménagement concernant la fréquentation pourrait être envisagé. Il est possible que l’adaptation à un nouveau milieu puisse demander plus d’énergie à nos enfants vivant une situation de handicap qu’à un autre enfant.
  • De plus, rappelons-nous qu’il est possible d’ajuster l’horaire de notre enfant pour lui permettre d’être plus disponible aux apprentissages et ainsi, d’augmenter ses chances de vivre des expériences positives et de favoriser sa réussite.

Les modalités sont variées pour aménager une entrée à l’école positive pour l’ensemble des élèves. Soyons créatifs !

Pour aller plus loin

carte routiere prescolaire

L’Université du Québec en Outaouais offre une documentation complète regroupant une foule de renseignements sur les transitions scolaires, conçue pour les enfants avec besoins particuliers.

en savoir +

Vous relevez des erreurs de contenu, écrivez-nous !

Garder le cap le guideGarder le cap le guide

Recevez gratuitement la version pdf du guide « Garder le cap » en vous abonnant à notre infolettre !
Restez informé!